Language For Sale

«La méprise à l’égard des mots et de ce qu’ils véhiculent comme effets de sens conduit à se fier à la matérialité de la lettre. La lettre c’est du signifiant mais débarrassé du sens, attrapé ailleurs que dans sa fonction d’effectuer des significations. [..] La lettre chiffre et demande à être déchiffrée.» Birgit Pelzer in «Redites et ratures - les objets de l’alphabet». Broodthaers, Conférences et Colloques. Editions du Jeu de Paume, 1992.

Une enseigne se comprend par le double effet du regard (vision) et de la lecture (intellect), ainsi nous pouvons la lire et comprendre instantanément. Ces configurations s’attachent à lutter contre le langage, à ne garder que l’aspect visuel du signe — forme, matériau, police, couleur, esthétique, design, néon etc. En se débarrassant du signifiant, il y a corruption de l’entendement et donc de la compréhension. Le non-sens renvoie à la matérialité de l’enseigne.
La série, amusante, désinvolte et colorée peut dérouter, vouloir duper de sa provenance qui signifie redondance, obsolescence, restes de façades, d’immeubles manquants, fragments d’architectures. Ces signes abandonnés après la faillite d’une affaire, d’une industrie ou d’un commerce, s’accrochent aux façades des bâtiments et ont perdu leur rôle comme signifiant dans l’espace social qu’ils ont autrefois occupé.